2016
 
  •  Aérial "Collaborating Centre" de l'AIEA

Une nouvelle reconnaissance Internationale pour Aérial : « Centre de Collaboration » de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique)

Aérial a été désigné récemment, parmi 25 structures au monde, « Centre de Collaboration » de l’AIEA. Cette désignation n’a pour l’instant été accordée qu’à 7 organismes en Europe dont 2 en France. La cérémonie d’inauguration a eu lieu le 6 octobre 2016. Elle reconnait l’expertise et l’excellence des travaux d’Aérial dans le domaine des applications multisectorielles des techniques d’irradiation, notamment l’ionisation des aliments ». Le partenariat d’Aérial avec l’AIEA n’en sera ainsi que renforcé en termes de formation, d’accueil de stagiaires et de réalisation de programmes de recherches au niveau international. Aérial participe d’ores et déjà à un projet international pluriannuel de 5 ans portant sur l’ionisation des aliments par faisceaux d’électrons et rayons X. Cette technologie de conservation est actuellement en plein essor hors Europe et, notamment dans les pays asiatiques. Ce dernier a commencé à Vienne, siège de l’AIEA, mi- octobre 2015. Aérial y apporte de plus, son expertise en dosimétrie et joue un rôle de conseil auprès l’ensemble des équipes participantes. En mars 2017, Aérial organisera la première réunion intermédiaire du projet et accueillera dans ce cadre les 15 équipes de recherche dans ses locaux.

remise de plaque

 
  •  Un nouveau rayonnement pour l'Alsace; L'Alsace, Samedi 30 janvier 2016 (PDF)
  •  Depuis le début du mois de Juin 2014

Aérial s’ouvre à de nouvelles perspectives de recherche et développement en microbiologie

Après avoir été agréé par l’Ansès en 2005 et habilité CD (confidentiel défense) par la DGA en 2008, Aérial vient d’obtenir l’habilitation de l’ANSM (l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament) pour la détention et la mise en œuvre du MOT (micro-organisme et sa toxine) : Clostridium botulinum et sa toxine botulique dans son laboratoire L3.
Ainsi cette habilitation complètera la palette des  possibilités d’études de souches bactériennes ou virologiques classées (MOT ; Classe II et III) dans le cadre de challenge-tests, détections ou autres recherches dans les produits alimentaires.
Par conséquent, cette habilitation ouvre de nouvelles perspectives de collaborations avec d’autres centres Actia  mais également des industriels et centres de recherche ne disposant pas d’un tel outil.