Projet FEERIX

Projet FEERIX : installation d’un équipement unique au monde dans sa vocation et sa configuration

Aérial, Centre de Ressources Technologiques réalise depuis 30 ans pour les entreprises, en particulier les PME/PMI, des services sur mesure innovants de recherchedéveloppement, d’expertise et de formation. Spécialisé dans 3 domaines d’activités : l’agroalimentaire, l’ionisation et la lyophilisation, Aérial a développé depuis sa création en 1985, une culture de partenariat avec les organismes de recherche publique (Universités, CNRS, INRA, INSERM, …) en menant des programmes de recherche anticipant les besoins industriels du futur.

Situé sur le parc d’innovation d’Illkirch, cette structure de 1400 m2 emploie une équipe pluridisciplinaire de 23 personnes, ingénieurs et/ou docteurs et techniciens supérieurs de haut niveau. De façon à traiter les demandes industrielles les plus diverses, Aérial est équipé d’outils analytiques performants dans ses différents laboratoires (dosimétrie, microbiologie, physico-chimie, analyse sensorielle, lyophilisation), ainsi que d’une station expérimentale d’ionisation à base d’un accélérateur d’électrons.

30 ans d’innovations dans le domaine de l’ionisation

A ses débuts, Aérial a démarré son activité au Centre de Recherches Nucléaires de Strasbourg en étudiant l’ionisation des aliments, une technique de conservation et de décontamination. Par la suite, en diversifiant ses travaux, Aérial a développé des compétences sur l’ensemble des aspects de la qualité des aliments (sécurité microbiologique, qualité nutritionnelle et sensorielle) et est devenu sur ces sujets, au fil des années, un interlocuteur privilégié des entreprises agroalimentaires régionales. Aérial s’est aussi intéressé aux autres applications industrielles de l’ionisation. Les applications de cette technologie sont en effet nombreuses : stérilisation de dispositifs médicaux à usage unique, d’implants, de produits pharmaceutiques, amélioration de propriétés physico-chimiques de polymères, traitement de surface, greffage, applications environnementales (décontamination de sols, fumées, ..). En parallèle, l’équipe des physiciens d’Aérial a développé au fur et à mesure, un savoir faire important dans le domaine du contrôle des procédés d’ionisation (dosimétrie) et s’est forgée très rapidement une notoriété internationale dans ce secteur. Aérial est aujourd’hui le seul laboratoire français ayant une accréditation COFRAC (comité français d’accréditation) pourles mesures des fortes doses de rayonnement et l’unique laboratoire français agréé par laDGCCRF (répression des fraudes) pour la détection des aliments ionisés. En outre, Aérial développe des équipements de mesure de dose pour des industriels et laboratoires du monde entier. Sa dernière innovation dans le domaine, un lecteur miniaturisé de dosimètres (Dos‘ASAP), développé ces deux dernières années, connait actuellement un fort succès sur la scène internationale.
La reconnaissance internationale de l’équipe d’Aérial a récemment été renforcée par sa sélection parmi 15 organismes au niveau mondial pour contribuer à un programme de recherche initié par l’AIEA (Agence Internationale pour l’Energie Atomique). Ce projet pluriannuel de 5 ans porte sur l’ionisation des aliments par faisceaux d’électrons et rayons X. Cette technologie de conservation est actuellement en plein essor hors Europe et, notamment dans les pays asiatiques. Ce dernier a commencé à Vienne, siège de l’AIEA, mi octobre 2015. Aérial y apporte de plus son expertise en dosimétrie et joue un rôle de conseil auprès l’ensemble des équipes participantes. En mars 2017, Aérial organisera la première réunion intermédiaire du projet et accueillera dans ce cadre les 15 équipes dans ses locaux


Le projet FEERIX porté par Aérial


Inscrit au contrat triennal « Strasbourg capitale européenne » 2015-2017, et reconnu comme « initiative d’excellence » par l’Université de Strasbourg, le projet FEERIX (Faisceau d’Electrons Et Rayonnement Ionisants X) vise à construire sur le parc d’innovation d’Illkirch un outil de R&D et de formation hors norme. Le projet s’articule autour d’un Rhodotron, fabriqué par la société belge IBA. Basé sur des technologies de pointe en matière d’accélérateur d’électrons et de génération de rayons X de forte énergie, cet appareil permettra d’étudier, sur deux lignes de faisceaux séparées, l’ensemble des applications multisectorielles de l’ionisation tels que la stérilisation d’outils ou dispositifs médicaux, la modification des propriétés physico-chimiques de polymères, le greffage,… Un des atouts forts de cet équipement réside dans le fait que sa configuration est très proche de celle d’un équipement industriel. En conséquence les résultats obtenus en laboratoire pourront être transféré en industrie sans changement d’échelle.
Ces applications s’inscrivent notamment dans le cadre du futur Campus NextMed des technologies médicales qui doit être lancé cette année. Ainsi FEERIX bénéficiera et sera également à disposition de l’environnement exceptionnel des laboratoires de recherche de la région, en particulier de l’Eurométropole de Strasbourg. En outre, de par sa configuration et sa vocation de recherche et développement, de formation et de transfert de technologies cet équipement sera unique au monde, ce qui confèrera un fort facteur d’attractivité à la région.

Enfin FEERIX sera un outil important pour Aérial, dans la mesure où il pourrait être un point décisif dans l’acceptation par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) de labelliser Aérial comme centre collaborateur de l’AIEA dont la candidature a été déposée en 2015. En outre, il n’existe que 20 à 30 de ces centres au monde, dont 5 en Europe mais aucun en France. Ainsi si Aérial obtient cette labellisation, il sera le seul en France.

L’opération FEERIX représente un investissement d’environ 10 millions d’euros, financé par plusieurs acteurs : l’Etat, l’Eurométropole, la Région, l’industriel IBA et les Fonds Européens de Développement Régional. La Région est maître d’ouvrage pour la construction de cette extension de 900 m2 du CRT Aérial. Les travaux devraient débuter fin 2017 pour une livraison de l’installation fin 2018.

 

photo

Crédit photo: IBA Rhodotron® TT200/300 source : IBA


Contact : Alain Strasser, Directeur ; Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Benoît Duranton, Chargé de communication ; Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.